Search

Rapport national Activité A1.2 Bénin

Analyse des filières et évolution du cout sociétal de l’usage des petits pélagiques transfrontaliers.

Analyse des chaines de valeur de la pêche maritime artisanale nationale au Bénin


La présente étude s’est focalisée sur la pêche maritime artisanale (PMA) opérée par les nationaux et destinée au marché national. L’objectif général de l’étude est d’analyser les chaines de valeur de la pêche maritime artisanale au Bénin sur les plans fonctionnel, économique, social et environnemental.

La PMA est la principale filière de pêche maritime au Bénin production moyenne annuelle d’environ 29 000 tonnes de poissons soit en moyenne 60% des captures de la pêche maritime. Elle est structurée en trois principales chaines de valeur dont : (i) la chaine de valeur du poisson frais pour le marché national, (ii) la chaine de valeur du poisson congelé pour le marché national, et (iii) la chaine de valeur du poisson transformé (fumage, salage, séchage). La priorisation multicritère basée sur les potentialités socio-économiques et environnementales a montré que les trois chaines de valeurs sont attrayantes, mais que celle du poisson transformé pour le marché national (CVPT) présente de meilleurs potentiels. Dans la suite de l’étude, cette dernière a donc fait l’objet d’analyses financières, économiques, sociales et environnementales.


La CVPT est structurée en quatre maillons opérationnels animés par divers acteurs : le maillon de la pêche (opérée par les nationaux et les étrangers), le maillon de la transformation (animée par essentiellement par les femmes), les maillons de la commercialisation (essentiellement animée par les femmes) puis le maillon de la consommation (ménages, restaurants, etc.). La CVPT génère une richesse estimée à environ 18 milliards et demi de francs CFA par an, contribuant ainsi à 13% au Produit Intérieur Brut du sous-secteur de la pêche. L’analyse de la répartition de la valeur ajoutée et des bénéficies informe que le maillon de la pêche génère plus de richesse et de bénéficie, suivi du maillon de la transformation. Le meilleur retour sur investissement a été également observé au niveau du maillon de la pêche. La CVPT est caractérisée par un coefficient de protection nominal inférieur à un, mettant en évidence un contexte de compétitivité défavorable aux acteurs locaux de la CVPT, et suggérant que le pays ne protège pas son marché du poisson transformé. La CVPT est également caractérisée par une division du travail et une inclusion du genre. La plupart des équipages (plus de 60%) emploi une main d’œuvre famille âgée de plus de 15 ans, ce qui est recommandé par l’OIT.


A l’instar de toutes les activités basées sur l’exploitation des ressources naturelles, la CVPT a des impacts négatifs sur l’écosystème.


Pour plus d'information à ce sujet, merci de contacter info@greppao.com ou bara.deme@port.ac.uk

20 views0 comments